Suivre

Grande enquête citoyenne de l'été: que faire pour faire progresser le dans le secteur public?

À votre écoute!

@bzg je peux me tromper, mais il me semble que c'est beaucoup plus un problème de volonté politique "en haut" que des petites mains.

Le plus intéressant à mon sens est de convaincre les décideurs que :
1. Le logiciel libre peut être réutilisé entre plusieurs institutions publiques, donc mener à des économies
2. Ne pas être seul à maintenir son logiciel/le bricolage autour de ce logiciel permet d'avoir une solution plus pérenne, moins dépendante d'une équipe, donc mène à des économies

@bzg J'aime également beaucoup la dénomination de "logiciel durable".

De manière générale je pense qu'il ne faut pas présenter le logiciel libre comme "libre", mais plutôt utiliser le champ lexical du décideur.

Sur quoi est il noté à la fin de l'année ? Comment le logiciel libre lui permettrait de briller ? Quels sont les problèmes sur lesquels on l'attend particulièrement ?

@bzg
Déjà il est urgent de trouver une solution pour proposer des formations de qualité plutôt que des formations au rabais.
Exemple vécut : formation LO calc au ministère de l'intérieur. Le premier jour, le formateur annonce directement qu'il va falloir que les stagiaires s'habituent à une charge de travail plus importante car de nombreuses fonctions natives sous excel ne sont pas disponibles sous calc et qu'il va donc falloir décomposer en étapes certaines de leurs tâches.
1/2

@bzg
Lorsque je lui ai demandé à quelles fonctions il faisait référence, j'ai pu lui démontrer qu'elles étaient réalisables et que ce n'était qu'une question d'adaptation au produit avec parfois (souvent) une logique de fonctionnement différente. Du coup, son programme de formation étant surtout axé sur apprendre aux stagiaires ce qu'ils n'allaient plus pouvoir faire, le reste de la formation était plutôt vide.
Ce genre de "formations" n'aident vraiment pas à faire accepter les logiciels libres.

@bzg En tant qu'enseignant je n'ai pas réellement le choix des outils numérique: je dois me plier aux choix de mes supérieurs ou ceux de la région ou ceux des départements ou ... Quand une équipe pédagogique émet l'envie d'utiliser un logiciel autre que celui décidé par le chefs d'établissement il n'y pas vraiment de dialogue pronote est imposé même si il ne répond pas aux demandes des enseignants... Pronote étant intimement liéé à EDT personne ne veux le lacher (ça c'est la vraie raison)...

@bzg Bilan:
-l'intéret des élève n'est pas centrale il passe bien apres d'autres critères

-les directives interministérielles ne sont pas prises en compte pour ne pas dire inconnues :(

-ce ne sont dans la plus grande majorité des cas, jamais les enseignants qui décident de leur outils numérique

D'après ce que j'ai pu observer nos supérieurs sont débordés par un tas de missions qui s'allonges en nombre chaque année: du coup ils ne suivent pas les rares formations sur le numérique 😞

@bzg une idée saugrenue : faire des logiciels libres qui soient mieux que l'offre propriétaire.

Les fonctionnalités, l'UX, la fiabilité, la stabilité, la portabilité, la documentation de LibreOffice devraient être telle que l'administration serait prête à payer deux fois le prix d'une licence Microsoft Office pour équiper une machine en LibreOffice.

@bzg très intéressant. Effectivement, j'ai du mal à voir comment LibreOffice peut percer.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon - Etalab

Instance ouverte pour test - lire les CGU Elle est ouverte à tout agent possédant un compte email en ".gouv.fr" ou la liste disponible sur https://forum.etalab.gouv.fr/t/mastodon-le-reseau-social-libre-et-decentralise-en-plein-decollage/3538